Beyrouth (Liban).

BeyrouthCorniche de Béyrouth / Liban le 17/01/2001 à 11h45. Mer agitée, ciel nuageux, visibilité 12km, température de l’air 15,4°C, vent faible.

 

Je suis à nouveau sur la côte phénicienne après une longue absence… je ne ressens rien, tout à trop changé. Cette côte est très ancienne, quelques rares indices disséminés ça et là, le laisse deviner…

Petit je jouais avec les vagues qui venaient s’écraser sur ce rivage. Les vagues étaient des caresses. Les rivages étaient les mêmes que ceux des temps anciens. Les courants originels circulaient librement et longeaient cette côte abrupte. Leurs respirations parvenaient jusqu’aux sommets des montagnes et faisaient croître les cèdres…

…une sensation de pesanteur, le temps est plus épais ici. Une tension perceptible maintient mes capteurs à l’orange, ils ne clignotent même pas. Karim.S un des passeurs qui m’est le plus cher et, un des plus expérimentés aussi de cette côte orientale de la mer, me conseille de rester très discret…

 

Extrait de « D’un rivage, l’autre. » de Souheil Salamé. Enregistrements sonores de Souheil Salamé.

Le paysage sonore de Patrice Collet reste introuvable à ce jour, je poursuis les recherches…).

Paysage sonore provisoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *